Non catégorisé

Activité de l'Association

CINEFIL : le mensuel de l’Association Henri Langlois

Cinéfil est édité de septembre à mai/juin et diffusé lors des séances de la Cinémathèque de Tours aux cinémas « Studio ». Les articles les plus importants sont mis en ligne dans la rubrique « Journal de l’Association ». Nous reprenons ci-dessous le sommaire et l'éditorial du numéro en cours de diffusion.

A voir en Décembre 2019 :

Lundi 2 décembre 2019
19h30 Cinémas Studio
En partenariat avec la Cinémathèque Française

Les deux timides de René Clair
1928 - France - Noir et blanc - 1h20
Le jeune avocat Fremissin est d'une timidité maladive. Sa première plaidoirie est un désastre et entraîne la condamnation de son client Garadoux, un homme brutal. Celui-ci courtise Cécile dont Fremissin est amoureux et le père de la jeune femme est le deuxième timide... Une joyeuse adaptation de Labiche.
Copie Cinémathèque française.
Soirée présentée par Emilie Cauguy, responsable de la diffusion et valorisation des collections films de la Cinémathèque Française.

Lire la suite...

Projection du dimanche matin

2ème projection organisée par  L'Association Henri Langlois  d'un film de patrimoine le dimanche matin à 10h30.

La séance aura lieu Dimanche 8 décembre 2019 à 10h30.

Le film choisi est : Blanches colombes et vilains messieurs  de Joseph L. Mankiewicz.

Le grand amour
Le film est sorti en 1955 - c'est une comédie musicale avec, dans les principaux rôles, Marlon Brando, Jean Simmons et Frank Sinatra !
 

Nous espérons vous voir nombreux pour cette deuxième édition - aux Cinémas Studio bien sûr.

Plan du Site

 

Ci-dessous, outre les mentions légales, possibilité de contacter l'Administrateur du site ainsi que le Président de l'Association.

Editorial :

Après quelques mois d’interruption le Cinéfil est de retour. Si l’équipe de rédaction se renouvelle partiellement, de nouveaux rédacteurs venant en rejoindre de plus expérimentés, la forme, elle, ne change pas plus que l’objectif que les créateurs du journal s’était fixé.Celui, comme l’écrivait Paul Neilz dans l’éditorial du tout premier numéro, paru en septembre 2010, de proposer « un support d’informations et d’échanges avec les cinéphiles que vous êtes, pour parler du cinéma à travers les films présentés par la cinémathèque et vous permettre de vous exprimer via le courrier des lecteurs et un blog ».

Ceux d’entre vous qui, par extraordinaire, n’auraient jamais eu entre les mains un seul des 57 précédents numéros du Cinéfil pourront, s’ils le souhaitent, consulter sur le site de l’association (http://www.cinefiltours37.fr) la plupart des articles qui y ont été publiés. Qu’y trouveront-ils ? Un article sur la comédie musicale, un autre sur le rapport entre le théâtre et le cinéma, un troisième sur Henri Langlois, sur le cinéma hongrois, ou sur La Nuit du chasseur. Des analyses, des témoignages, des entretiens, des chroniques, des biographies, des comptes rendus. Des textes à la forme et au style divers, écrits moins par des spécialistes, dont ils peuvent pourtant avoir la rigueur ou l’érudition, que par des amoureux du septième art qui souhaitent témoigner de leur passion et créer un lien avec ceux qui la partagent.

Le Cinéfil doit donc se lire comme une invitation à l’échange, comme une conversation qui s’engage à la sortie d’une salle de cinéma. C’est pourquoi les pages du journal vous sont, à toutes et tous, grandes ouvertes. Si ce journal est fait pour vous, son ambition principale est de se faire avec vous. N’hésitez donc pas à commenter, critiquer, corriger, compléter les articles qui y sont présentés, et encore moins à vous associer à sa création en nous proposant un texte, un dessin, une photographie ou toute autre forme de participation.

Le Président.

L’option cinéma du lycée Balzac propose depuis plus de vingt-cinq ans un parcours complet en cinéma-audiovisuel à des élèves volontaires. Dès la seconde, une option facultative de trois heures hebdomadaires permet de s’initier tout à la fois à la théorie du cinéma, à son analyse et à sa pratique. En première et en terminale, deux enseignements sont proposés : l’enseignement de spécialité et l’enseignement optionnel. Ouverts à tous, proposant respectivement quatre et trois heures hebdomadaires en première, six et trois en terminale, ils ont des objectifs complémentaires. Le cours de spécialité s’adresse à des élèves intéressés par une fréquentation assidue des cinéastes et des films, par leur analyse approfondie, l’histoire du cinéma, l’étude des conditions de production des œuvres, et, évidemment, par la pratique artistique. L’enseignement optionnel, s’il ne néglige pas la théorie, est davantage orienté vers la pratique : le projet de réalisation y occupe une place primordiale.

Lire la suite...

Sommaire du numéro 57 - Mai 2019 :

Articles consultables dans le chapitre « Journal de l'Association »

(Re)Diffusion lundi 3 juin à 19 h aux cinémas Studio

- La Belle Agnès - Philippe Lafleure

- Une expérience de cinéma : Les soviets plus l’électricité de Nicolas Rey (2001) - Eudes Girard

- Il était une fois en Yougoslavie - Catherine Felix

- Mickaël Powell, maître du "giallo" ? - Philippe Lafleure

- Protestantisme et cinéma - Jacqueline Mahler

- Cinecittà… La ville du cinéma - Catherine Felix

- Comme des trains dans la nuit... - Olivier Pion 

- Editorial : voir ci-dessous

  

Depuis de nombreuses années, la Cinémathèque offre aux élèves de première - option Cinéma du Lycée Balzac de Tours la possibilité de venir présenter un film qu’ils ont étudié en classe. S’ils sont tous issus de ce qu’il est convenu d’appeler le cinéma de patrimoine, les choix de films, qui relèvent de la responsabilité de l’équipe enseignante en tenant compte de différents critères pédagogiques, artistiques, historiques mais aussi logistiques (disponibilité du film pour une projection publique et concordance des plannings du lycée et de la Cinémathèque), présentent une grande variété de genre, d’époque ou d’origine. Au cours des sept dernières années, ont ainsi été présentés des films aussi divers que Jacquot de Nantes (Agnès Varda – 1990), La Vie est belle (Franck Capra – 1946), Chasse à l’homme (Fritz Lang – 1941), Les Innocents (Jack Clayton – 1961), Monika (Ingmar Bergman – 1953), Les Raisins de la colère (John Ford – 1940) ou Madame de … (Max Ophuls – 1953). Cette année, c’est le film de Jean-Luc Godard, Pierrot le fou qui a été retenu et sera présenté le lundi 16 décembre.
Nous avons souhaité rencontrer certains des élèves qui participent à ce projet afin qu’ils nous expliquent non seulement le travail qu’ils ont réalisé mais aussi leur approche du cinéma, leurs attentes et leurs souhaits.
Qu’ils soient ici remerciés de leur participation, au même titre que leur professeur qui a bien voulu nous préciser les objectifs et l’organisation de l’option Cinéma.

Lire la suite...

Activité de la Cinémathèque :

Projecteur présent dans la salle Studio 2Saison : 2019-2020
 

Le programme de la saison  est téléchargeable en cliquant ici.

 

 


 

1929 – 1934. Au cours de ces quelques années post Dépression furent réalisés aux États-Unis plusieurs dizaines de films répertoriés aujourd’hui au titre de productions « Pré Code ».
Des films ayant en partie échappé aux foudres des serviteurs du code de censure et de morale établi en 1930 par le sénateur William Hays mais réellement mis en œuvre quatre ans plus tard.  À partir de 1934 en effet, Joseph Ignatius Breen dirigera durant vingt ans la Production Code Administration, en charge de l’application de ce code Hays. Joseph Ignatius Breen, antisémite notoire, sera gratifié d’un Oscar d’honneur en fin de carrière, probablement en sa qualité de grand manitou du ciseau censeur pendant deux décennies.

Lire la suite...