Les articles publiés dans les anciens numéros du journal

Entretien avec Alain Choquart

Q : Comment êtes-vous devenu chef-opérateur ?

Alain Choquart : J'étais un vrai accro de cinéma depuis ma jeune adolescence. Je m'occupais du ciné-club de mon collège depuis la classe de quatrième, puis au lycée. J'ai passé le concours d'entrée à l'école Louis Lumière l'année de mon bac, à 16 ans, et j'ai été reçu. J'avoue que je ne savais pas très bien ce qu'était le métier de chef-opérateur. On n'en parlait pas autant que maintenant. Aujourd'hui le public cinéphile est beaucoup plus averti sur les différents métiers du cinéma. J'adorais le cinéma, j'étais content d'entrer dans une école nationale de cinéma, mais je ne savais pas grand chose des différents métiers. C'est une école très intense où on faisait beaucoup de choses, ça allait de l'écriture de scénarios à l'analyse de films, à la pratique un peu hasardeuse quand même de la pellicule, parce qu'on dépendait de l'Éducation Nationale et le budget n'était pas énorme.

Lire la suite...

Hommage à Manoel de Oliveira

Rendre hommage à Manoel de Oliveira, c'est prendre conscience que l'histoire du cinéma change d'échelle. Qui que nous soyons, nous avons rencontré le cinéma de Manoel de Oliveira alors qu'il était dans sa maturité. Il nous faisait signe dans notre jeunesse depuis l'origine de cet art né avec lui. Je me souviens de 1993 et de Val Abraham. Cette adaptation de Madame Bovary semblait flatter la culture française mais Manoel de Oliveira avait eu l'audace d'avoir fait réécrire le roman par la romancière Augustina Bessa-Luis afin de l'accoutumer au climat portugais propice aux images du cinéaste, lequel allait magnifier Leonor Silveira dans le rôle d'Ema aux côtés de Luis Miguel Cintra.

Lire la suite...

Le cinéma en France pendant la grande guerre - 4ème partie

De mars 1917 à novembre 1918 !

En mars, le Service Cinématographique des Armées se réorganise et ce sont les militaires eux-mêmes qui prennent en charge les prises de vue de la guerre et en confient la réalisation à des professionnels du cinéma. Les films de propagande acquièrent une nouvelle dimension dans laquelle les autorités militaires, en premier lieu les généraux, n'hésitent plus à se laisser mettre en scène (Pétain goûtant la soupe, Visite de M. Clémenceau à Noyon ! Alfred Machin le 09 04 1917).

Lire la suite...

Leopardi comme une réponse aux temps présents

La nature demeure toujours verte, ou avance plutôt
Par de si longs chemins
Qu'elle semble immobile. S'effondrent les royaumes,
Passent nations et langues : elle ne voit rien,
Et l'homme se prévaut d'être immortel !
Le Genêt   

 Plus de 300 personnes ont assisté à la projection du film de Mario Martone, Leopardi, (Il giovane favoloso), un chiffre remarquable quand on sait que ce poète, bien que considéré en Italie comme le plus grand après Dante, est méconnu en France. De plus, vouloir raconter sa vie alors qu'il est mort à l'âge de trente-neuf ans sans avoir participé aux combats de son siècle, et sans qu'aucun fait marquant ne soit venu ponctuer sa courte existence, relève d'une gageure de la part d'un cinéaste qui entreprend de réaliser un ''biopic''. Or le charme a opéré et le film a donné envie à bon nombre de spectateurs de se plonger dans la lecture de ses œuvres.

Lire la suite...

Bertrand Tavernier : créateur éclectique

Il est très difficile de trouver une, ou même plusieurs, ligne thématique constante chez Bertrand Tavernier tant son œuvre se disperse autour de scénarios parfaitement hétérogènes. Cela traduit sans doute l'expression artistique de son indéniable amour du cinéma et, par conséquent, de son désir d'en exploiter toutes les facettes. Il a tout fait pour le septième art : de la critique, de la relation publique, de la production, du prosélytisme, des scénarios, et chapitre indispensable à toute déclaration d'amour, de la réalisation.

Lire la suite...

Un film dans son contexte : Capitaine Conan, Bertrand Tavernier 1996

Il y a presque 20 ans sortait le film de Bertrand Tavernier Capitaine Conan d'après le roman éponyme de Roger Vercel publié en 1934 et pour lequel il reçut le prix Goncourt.

Nous étions alors dans la deuxième moitié des années 90 dans un tout autre environnement géopolitique, géo-économique, culturel et intellectuel que celui que nous connaissons aujourd'hui.

Lire la suite...

Page 8 sur 39