Rechercher un texte sur le site

Repères pour une histoire du cinéma parlant

    Le son a été recherché très tôt. En France, par exemple dès 1904, Eugène Lauste couplait image et bande son pour apporter dialogue et musique.

    Aux Etats Unis, les recherches prirent forme dès 1923 et en octobre 1927 sortit Le Chanteur de Jazz, d'Alan Grosland produit par la Warner Bros, premier film sonore exploité en salle (Film muet avec des inserts sonores). Puis ce fut fin 1928 Lights of the New York de Bryan Foy, lui aussi produit par la Warner, qui, lui, fut vraiment un film parlant. Mais il faudra attendre 1929 pour que les salles de projection soient convenablement équipées pour projeter des films ''parlants''.

    En Europe, c'est en 1929 que les premières bandes ''parlantes'' furent tournées, dans un premier temps en Grande Bretagne, qui bénéficiait alors des techniques américaines. Le premier film parlant exploité en Grande Bretagne fut Blackmail (Chantage) d'Alfred Hitchcock, tourné en 2 versions : muette et sonore.

    Le premier film parlant francais : Les trois masques (1929) d'André Hugon suivait L'eau du Nil (1928) de Marcel Vandal qui fut simplement sonorisé.

    En Allemagne, le premier film sonore date en réalité de 1922 avec un prototype réalisé grâce au procédé Triergon). Mais c'est en1929 qu' E.A. Dupont tourne Atlantik qui sera le premier film parlant de ce pays.

    C'est aussi en 1929, que La chanson de l'amour fut réalisé en Italie par Germano Righelli.

    En URSS il fallut attendre 1930 (La symphonie du Dombass de Dziga Vertov) et au Japon, 1935 (malgré une tentative de Mizoguchi qui tourna FurusatoLe pays natal - en 1931) pour que le parlant s'impose sur les écrans.

A.J.B.

(Si vous êtes adhérent, identifiez-vous pour pouvoir commenter l'article)