Les articles publiés dans les anciens numéros du journal

Les Interviews de Cinefil : Samantha Leroy

Samantha Leroy dévoile les trésors de la Cinémathèque française

      Déjà la troisième venue à la Cinémathèque de Tours pour Samantha Leroy, jeune responsable de la valorisation des films à la Cinémathèque Française, et toujours le même enthousiasme qui l'habite : «Ca fait plaisir, à chaque fois, le public de Tours est fidèle et nombreux ! ». Ce soir-là, le 21 mars, elle a apporté dans ses bagages la copie restaurée de « La Fille de l'eau » de Jean Renoir, son tout premier film.
Frêle et souriante, Samantha Leroy aime faire découvrir des films rares, elle qui a commencé par la restauration de pellicules pour se consacrer aujourd'hui à la diffusion de films et entretient ainsi de nombreux liens avec les cinémathèques régionales et du monde entier. Un métier qui la passionne et qu'elle nous fait découvrir tout comme « La Fille de l'eau », film peu diffusé.

Lire la suite...

Un naturalisme teinté d’imaginaire : La fille de l’eau, Jean Renoir

      « Le plus grand metteur en scène du monde » selon Charlie Chaplin, Jean Renoir est pourtant peu connu pour son œuvre muette, dont La Fille de l'eau, réalisé en 1924, constitue le premier film et également le premier succès public de l'auteur. Dès le début, Renoir a donc été un cinéaste à succès, même s'il affirme s'être lancé dans le cinéma uniquement par amour pour Catherine Hessling, dernier modèle de son père Jean Auguste Renoir et femme du cinéaste : « J'insiste sur le fait que je n'ai mis les pieds dans le cinéma que dans l'espoir de faire de ma femme une vedette » affirme-t-il dans ses mémoires. Elle est en effet l'interprète du rôle principal des trois réalisations muettes de Renoir, dont un coffret a été édité chez Studio Canal après la restauration des trois pellicules par la Cinémathèque française en 2005, à l'occasion de l'installation du bâtiment dans ses nouveaux locaux.

Lire la suite...

Hommage de Cinéfil : Henri Decae

      Chef Opérateur de 81 films dont Les Amants (programmé à la Cinémathèque le 09 mai 2011)

      Très tôt, la photographie, qui avait pris avec les nouvelles techniques de diffusion une importance considérable, attira le fils de l'ouvrier ébéniste de Saint-Denis près de Paris, et il devint reporter-photographe à l'époque ou d'autres jeunes qui avaient nom Doisneau, Jahan, Sougez, Cartier-Bresson, fixaient le monde dans ses mutations, ses convulsions, ses joies et ses peines.

Lire la suite...

A propos de : L'Intendant Sansho de Kenji Mizoguchi - 1954

      Cette saga familiale tragique, ciselée dans une veine proche des « Contes de la lune vague après la pluie », est une réussite presque parfaite ...
      Certes, il n'est pas toujours facile d'accéder au contexte du film japonais ...
      Difficile parfois de saisir les sentiments derrière les visages impassibles, voire fermés de ces gens, car c'est bien là qu'il faut être attentif aux moindres changements expressifs, mimiques, rictus des lèvres, brusqueries gestuelles et vocales, lire entre les lignes des dialogues les volontés suggérées et les ressentiments cachés, parce que pudiques à l'excès, l'essentielle vertu asiatique étant de « ... ne pas perdre la face »...

Lire la suite...

Vincente Minnelli, Maître du mélodrame hollywoodien

      Les stéréotypes de l'histoire du cinéma recensent Vincente Minnelli comme l'un des grands réalisateurs de comédies musicales. C'est évidemment exact quand on mesure son rôle primordial dans ce genre cinématographique profondément américain mais c'est aussi réducteur lorsqu'il s'agit de le mesurer aux grands maîtres d'Hollywood.

Lire la suite...

Les Interviews de Cinefil : Denis Jourdin

Denis Jourdin, l'alliance des Arts 

      Qui n'a pas un jour croisé le lundi soir à la séance de la cinémathèque des étudiants esquissant quelques traits d'une scène de film, un calepin posé sur leurs genoux ? Depuis quatre ans, ces jeunes de l'École des Beaux-Arts investissent les lieux dans le cadre de leur cursus. Cette présence, ils la doivent à un homme : leur professeur : Denis Jourdin. Enseignant l'histoire de l'art à Tours, ce passionné de cinéma communique son goût et son regard artistique à ses étudiants d'une manière innovante et créative. Il est aujourd'hui devenu un des personnages incontournables des soirées Cinémathèque et présentera Le Plaisir de Max Ophuls le lundi 23 mai.

Lire la suite...

Paroles de Cinéphile 3

FENG Siyi est une étudiante de nationalité chinoise qui, après avoir étudié à l'opéra de Pékin, est actuellement en formation Art et Spectacle à l'université de Tours. Dans ce cadre elle a également effectué un stage à la Cinémathèque de Tours. Son texte, rédigé en français, a été revu par le Comité de rédaction.

Le premier film chinois et son histoire

      La première projection publique du cinématographe a eu lieu à Paris en 1895, présentée par les frères Lumière. Dès l'année suivante de nombreux hommes d'affaires étrangers ont commencé à montrer des films en Chine. Au début les Chinois étaient tout simplement curieux de cette ''chose'' étrangère pour l'époque, mais petit à petit de plus en plus de gens ont été attirés par ce spectacle. Il est difficile de définir le premier film du monde, mais il est facile de trouver le premier film chinois.

Lire la suite...

La culture du Shinto

      Il s'agit d'une contraction du ''Kami no michi'', littéralement ''La voie des Kamis'' qui daterait selon les historiens de 628 après JC et dont les préceptes ont été constitués en 712 dans le ''Kojiki'' oeuvre d'un officier de l'Empereur Gemmaï nommé Ono-Yasuromo. Je laisse la datation au conditionnel car plusieurs origines sont répertoriées. Une autre base, le Nihongi, datant de 720 est une compilation des us et coutumes japonais de cette époque. D'autres recueils postérieurs, allant jusqu'en l'an 900, contiennent également de précieuses informations sur la constitution des sociétés de l'époque et donc de leurs rites et croyances.

Lire la suite...

Une restauration attendue : Seule (1931)

de Gregori KOZINTSEV et Leonid TRAUBERG

      Les historiens de cinéma et les cinéphiles avancés connaissent l'importance de l'Avant Garde du cinéma russe. Ils se souviennent aussi qu'un jeune créateur, alors âgé de 19 ans, Gregori Kozintsev et son compère, à peine plus vieux, Leonid Trauberg créèrent dans les années 20 à Moscou la FEKS (la fabrique de l'acteur excentrique). On y propose un style d'interprétation puisé dans les techniques de la gymnastique, de la boxe, de l'équilibriste de cirque ; que les acteurs intègrent pour s'en servir dans leur jeu. Ce jeu apporte beaucoup au rythme de la scène à interpréter. L'acteur ne transmet pas totalement l'émotion par le seul jeu de son corps. Il fait également usage des rapports qui le lient aux objets et reporte sur eux, pour mieux le transmette, l'accord de l'émotion

Lire la suite...

Petite histoire du Cinéma Japonais

      Après les premières bandes d'actualités japonaises de 1898, le premier film réalisé date de 1899 : L'arrestation d'un voleur de Shiro Asano. L'activité cinématographique se développe ensuite avec des reportages, des films inspirés du « kabuki » (sketches accompagnés de danses) et des légendes ; les films étant commentés lors de leur projection par un « diseur » (benshi). Puis vinrent les films à chansonnettes et les drames inspirés par le tremblement de terre de 1923.

Lire la suite...

Page 28 sur 32